SNLE le Terrible (S619) octobre 2018                     119 heures et douze minutes

Chronique à bord du Sous-marin Nucléaire Lanceur d'Engins

le Terrible (S619)

119 heures et 12 minutes en plongée

 

 

J+1

06h45 : toujours la nuit à Brest, juste le temps de sauter dans le trans-rade, un peu le RER local, en destination de l’Ile Longue, base sous-marine des SNLE. Adieu téléphone et tablette, c'est de le début de l'aventure et de la grande plongée pour 6 jours à bord du Terrible.

9h00 : appareillage et dernière bouffée d'air en passerelle avant de sortir mes tubes de gouaches que le médecin du bord a failli me confisquer car tout produit pouvant polluer l'air est strictement interdit. Après une première visite rapide de ce qui sera mon domaine pendant plusieurs jours sans pouvoir en sortir je décide de peindre les régleurs servant à affiner la pesée.

23h15 : à la niche ! La journée de demain s'annonce bien remplie !

 

J+2

Silence et calme des abysses, nous sommes descendus à « P » cette nuit, je ne serai pas baptisée car j'ai déjà eu la chance d'atteindre cette profondeur lors de mon premier embarquement sur le Triomphant. Les néophytes boiront ce soir au carré un verre d'eau de mer puisé à la profondeur atteinte, vite dilué dans une coupe de champagne !

En attendant je suis allée peindre sur l'arrière, dans la rue des EPE (les Electro Pompes à Extraction) puis la soute avant où sont entreposés les 8 missiles M51 sur les 16 embarqués à bord du Terrible.

 

Que des sujets très techniques mais qui me ravissent et me permettent de mieux comprendre le fonctionnement du bateau grâce aux nombreuses explications des marins. Les acronymes fusent de partout et j'ai noté celui-ci avant de m'effondrer dans ma bannette : PIRANHA ou le Propulseur Intégré Rétractable Aménagé en Niche à Hélice Axiale... !